Vallées de Pirae

Fautaua

Deux versions historiques existent au sujet de la vallée de la Fautaua, celle de Papeete et celle de Pirae. La plus importante, celle de notre commune, se réfère à la fameuse histoire du lézard de Fautaua, qui était anciennement appelé, Haataua. Ce lézard viendrait d’une union interdite conçue dans cette rivière.

Haa : action de, réaliser, effectuer, faire, produire  / Taua : nous deux.

Site préservé à quelques minutes de la ville, cette vallée offre un espace de détente fort appréciée. Sa relative préservation, ses magnifiques panoramas, ses cascades et vasques, son intérêt historique, éducatif (flore, exploitation de l’eau) et touristique font de cette vallée une conjugaison d’attraits inédits à deux pas de la ville.  L’étagement naturel de la vallée révèle plusieurs zones susceptibles d’attirer aussi bien les familles que les randonneurs avertis. Pour accéder à la vallée de la Fautaua, une autorisation préalable doit être retirée auprès de la régie de la mairie de Papeete, moyennant 600 CFP/adulte et 150 CFP/enfant de moins de 12 ans.

C’est dans la vallée de la Fautaua que nos visiteurs auront tout loisir de découvrir la cascade de la Fautaua, le Diadème, le marae, le Bain Loti, le fort de la Fachoda ou encore le buste de Pierre Loti.

 

 

La vallée de la Fautaua, site naturel chargé d’histoire

La rivière de la Fautaua approvisionne Papeete en eau potable. Un beau chemin agrémenté de plantes et d’arbres cultivés, certains introduits lors de la présence militaire française du début du siècle mène jusqu’aux ruines du Fort de la Fachoda.

En 1846, ce site fut le lieu d’un épisode de la guerre « franco tahitienne ». En effet, au 19ème siècle, une importante faction de tahitiens rebelles s’était réfugiée dans la vallée en révolte contre la présence française. Le 17 décembre 1846, les soixante cinq hommes de l’amiral Bruat prennent à revers les insurgés en passant par la crête de la vallée de la Fautaua alors que le gros des troupes faisait diversion en simulant une attaque par la vallée. Un fort fut ensuite aménagé pour servir de refuge en cas de conflit dans le Pacifique. Il a été baptisé Fort de la Fachoda en mémoire de la cession forcée aux anglais du fort de Fachoda au Soudan en 1896 par la mission française.