Assainissement : du projet à la réalisation

Le 4 juin, à la mairie de Pirae, le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (dit SIVU) qui planche depuis 2010 sur l’assainissement des eaux usées de Pirae et de Arue présentait une étape importante de ce projet ambitieux. A savoir, les spécificités et le calendrier de la première tranche des travaux prévus à partir de la fin d’année 2022, pour trois ans de chantier.

Cette première tranche, présentée à l’ensemble des partenaires institutionnels, et notamment les acteurs financiers, constituera en la réalisation de 16 kilomètres de réseau de collecte des effluents de 170 grosses structures immobilières des deux communes vers la station d’épuration de la Papeava, à Papeete.

D’un coût de 5 milliards Fcfp, ce chantier commencera depuis le rond-point de Erima, pour permettre, donc, le raccordement, pour exemple, du collège de Arue, de la caserne Broche, du complexe sportif Boris Léontieff, de Carrefour-Arue, du lycée Raapoto, de l’hôpital du Taaone, de la cité scolaire voisine, du futur centre-ville de Pirae.

Le choix d’envoyer les effluents à la station d’épuration de Papeete permet de réaliser d’importantes économies dans un projet coûteux et de mutualiser les moyens grâce à l’accord de la municipalité de la capitale. Le SIVU évite ainsi la construction de sa propre station d’épuration, sachant que celle de la Papeava traite actuellement 1 200 m3 par jour d’eaux usées de Papeete, alors qu’elle est dimensionnée pour en recevoir jusqu’à 3 500 m3/jour. Cette station a été conçue pour évoluer en pouvant recevoir, à terme, jusqu’à 14 000 m3/jour.

Une fois en exercice, le premier réseau de Pirae-Arue enverra près de 2.000 m3/ jour d’eaux usées à cette station. On l’a compris, ce débit est encore en deçà de ce que peut accueillir la station située à Fare Ute.

La réunion du 4 juin a permis la présentation détaillée du projet aux techniciens amenés à réaliser le réseau et aux financeurs sollicités pour boucler le budget. Cette réunion a aussi permis la concertation avec les retours d’expérience des Tavana des communes disposant de réseau d’assainissement collectif tel que Punaauia.

En guise de préambule, le maire de Pirae et président du SIVU, Edouard Fritch a salué les instigateurs de cette intercommunalité, à savoir les maires Béatrice Vernaudon et Philip Schyle. Les nouveaux maires de Pirae et de Arue s’inscrivent dans la continuité d’un projet prenant en compte un développement durable qui rime avec préservation du cadre de vie et protection de l’environnement.

Prochainement, le SIVU signera une charte de partenariat avec la ville de Papeete pour formaliser leur volonté de mutualisation. Par ailleurs, le Syndicat intercommunal de Pirae et Arue n’envisageait pas la mise en œuvre de ce chantier sans privilégier la sensibilisation de ses populations, une grande campagne de communication est ainsi programmée dès juillet de cette année.