Remise des clés : 120 familles logées à la résidence Faretahora

Le Secrétaire Général du haut-commissariat Eric Requet et le Président de la Polynésie française et maire de Pirae, Edouard Fritch, ont procédé, mardi, à la remise des clefs de 120 logements sociaux implantés à Pirae dans la vallée de Nahoata.

A leurs côtés Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement et de l’aménagement du territoire, en charge des transports interinsulaires, l’administrateur des Iles du Vent, Raymond Yeddou et les adjoints au maire, Tavana Abel, Loraine et Heimana.

Edifiée sur l’ancien domaine foncier de l’État « Labbé », parcelle de 55 210 m² cédée au franc symbolique à l’OPH en 2015, la toute nouvelle résidence « Faretahora » se compose de 120 logements – dont 38 de transit – de type T2 à T6 répartis en modules individuels et collectifs, de trois locaux associatifs, d’équipements sportifs et d’aires de jeux selon les critères d’implantation environnementale.

S’agissant de la plus vaste opération de logements sociaux réalisée en Polynésie française, ce chantier a nécessité la réalisation d’un pont ainsi que des travaux connexes d’aménagement des berges afin de sécuriser l’accès au site.

D’un coût global de 2,75 milliards Fcfp hors foncier, le domaine « Faretahora » a été financé à parts égales par le Pays et l’État (80%) dans le cadre du volet « logement social » du Contrat de projets 2008-2014. L’Agence française de Développement, a en outre octroyé un prêt à l’OPH permettant à l’opérateur de compléter le financement de cette opération (20%).

Le Secrétaire Général et le Président de la Polynésie française se sont félicités de la concrétisation de ce projet immobilier d’envergure, pour lequel le Haut-commissaire de la République, René Bidal, a porté une attention particulière et qui aura mobilisé durant près de 12 années les services du Pays, de l’Etat et de la commune de Pirae.

Ce partenariat étroit permet aujourd’hui à 120 familles d’accéder à des logements dont la qualité, la modernité et l’intégration dans un environnement agréable et sûr font de la résidence « Faretahora » la figure de proue de l’habitat social polynésien.

Pourquoi le nom « FARETAHORA » pour cette nouvelle résidence sociale ?

Faretahora est en effet le nom de la terre où est érigée cette belle résidence. Voici le pari pari fenua, un texte présentant la toponymie des lieux faisant l’éloge des héroïnes légendaires de Pirae. Un texte écrit par Yann PAA, inspiré des témoignages des anciens de la commune.

Mato ‘ati te mou’a iti i uta
Mato ‘ati est la montagne qui se dresse vers l’intérieur des terres

Nohora’a ‘aito tu’iro’o o tō’u nei ‘āi’a
Là où réside le glorieux guerrier de ma terre

Fa’atara i te ro’o o tō’u nei fa’a iti
C’est celle qui glorifie ma petite vallée

‘O Nahoata i te vai noho ata
Nahoata à l’eau perchée dans les nuages

Hitihiti te he’euri, hitihiti e te poe rau ri’i o te ana pārau
La nature verdoyante, aux reflets lumineux des perles de la grotte « pārau »

Vaitomina i te vai minamina, ‘ūa’ara’a Ïa nō te tiare puarata, vahi ‘orira’a ia nō ‘oe ‘e Tautiti vahine
Vaitomina à l’eau sucrée, éclosion de la fleur Puarata, lieu de divertissement de ma tendre Tautiti vahine

Temahue te mou’a fa’atoro i te hitia’a o te ra
Temahue est la montagne qui se pointe à l’Est

Puehu te repo ‘araea ‘ura
Où se déverse la terre rouge

Ta’ahira’a ‘avae ‘o te ‘aito ra o Tehana !
Empreinte du guerrier Tehana !

Vāhi hipahipara’a ïa i te ava Taunoa, ‘e ara ‘i tei hīa’ai ia tomo ‘i te uputa ‘o te Pare nui nō Pīra’e !
Tour de garde, les yeux vers la passe Taunoa, guette les visiteurs aux portes du grand fort de Pīra’e !

Fare te tahora te tahua fenua fenu i Temahue
Fare te Tahora est la place qui se tisse à Temahue

Tahua fa’ari’ira’a nuna’a, Tahua nohora’a nuna’a
Place bienveillante du peuple, place d’accueil du peuple

Tō peho tāvaro pīna’ina’i tō reo aroha
Ainsi, dans l’écho de la voix résonne avec compassion

« ‘Eie au tō fare iti i uta ! »
« Me voici ta petite maison à l’intérieur des terres »

« Haere mai ra i te fare nei ! »
« Venez et entrez dans ma maison »

‘ena ‘outou, ‘ena ‘outou i mua ia’u nei
Vous voici, vous voici devant moi

‘ei hau ! ‘ei hau !
Soyez en paix, soyez en paix