SECURITE : Un centre de traitement des appels (CTA) pour gérer les opérations de secours sur Pirae et Arue

Le Président maire de Pirae, Edouard Fritch et le Haut-Commissaire de la République ont répondu ce matin à l’invitation du maire de Arue, Philip Schyle, pour l’inauguration du centre de traitement des appels (CTA) initié par notre commune voisine dans le cadre de la convention de mutualisation des services incendies et secours, engagée en 2014 entre Mahina, Arue et Pirae.

Ce centre de réception du 18 est mutualisé avec celui du traitement des urgences médicales 15 du SAMU. Ainsi, la réception des appels aux deux numéros d’urgence 15 et 18, est regroupée sur une seule et même plateforme, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.
En rodage depuis le mois d’avril dernier, l’inauguration du CTA ce jour, marque la volonté commune, des maires de Arue et Pirae, de mutualiser et coordonner les moyens humains et techniques pour une plus grande efficacité opérationnelle sur leurs territoires.

« C’est une première en Polynésie française » l’ont rappelé les autorités présentes et « cela devrait donner envie aux autres communes, les plus denses de Tahiti notamment, d’y adhérer pour mutualiser les moyens de secours au bénéfice de leurs populations ». La présence sur un même site, du centre de réception des appels des pompiers (18) et du Samu (15), au sein de l’Hôpital du Taaone, favorise considérablement une prise en charge efficace des appels et une meilleure gestion des opérations.
En effet, les appels aujourd’hui en provenance de Arue et Pirae, sont reçus par les opérateurs qui travaillent ensemble et disposent de toutes les prérogatives pour engager soit les moyens des Pompiers soit ceux du Samu.
Le nouveau centre de traitement et de régulation des appels bénéficie des dernières innovations technologiques. Le logiciel utilisé permet une meilleure gestion opérationnelle alliée à des éléments cartographiques et géographiques des territoires concernés.

Le CTA, dimensionné pour réceptionner les demandes de secours en provenance d’autres communes de Polynésie française, est le fruit d’une mobilisation collective associant l’Etat, le Pays et les communes adhérentes et celles qui souhaiteraient adhérer au dispositif dans le futur.
Le projet a reçu à ce titre un cofinancement avec un coût d’investissement total de 77 millions de francs pacifique. Ce service géré par la municipalité de Arue compte une équipe de onze personnes dirigées par un chef, officier sapeurs-pompiers professionnels (SPP), suivis de deux chefs de salle (sous-officiers) , quatre opérateurs professionnels (SPP) et des opérateurs volontaires (SPV) pour un coût de fonctionnement annuel, évalué à terme à 50,7 millions de francs pacifique par le cabinet LAMOTTE en charge des études pour la création de ce centre.

Historiquement, la commune de Arue n’ayant pas de centre d’incendie et de secours (CIS), une convention financière liait en effet les deux communes pour assurer la protection des personnes sur son territoire par le CIS de Pirae.

Aujourd’hui, cette mutualisation des moyens place le partenariat des deux communes à l’échelle d’une intercommunalité concrète en faveur de leurs populations.

PRATIQUE

A Pirae et Arue en composant désormais le 18 votre appel sera dirigé et pris en charge par le CTA qui se mettra en relation avec les équipes pour déployer les équipes, soit des pompiers du Centre de Secours et d’incendie de la ville de Pirae, soit du SAMU qui est également joignable sur le 15.

ATTENTION : En composant le 18 à partir d’un téléphone portable et sur le territoire de n’importe quelle commune, l’appel est dirigé vers le service de secours le plus proche.